29/11/2018

De l’inversion du sens

Résultat de recherche d'images pour "loup déguisé en agneau image"

À l’orée de la campagne référendaire pour le OUI à la loi sur la laïcité de l’Etat, il importe de s’interroger sur la tactique des référendaires. Ces groupes d'obédience totalitaire ou intégristes religieux ont l’outrecuidance de se réclamer du féminisme, de l’anti racisme ou encore du respect du « droit supérieur ».
En un mot, ils osent se réclamer de la liberté.
Ne nous y trompons pas !
Les référendaires utilisent une technique bien connue qui a été popularisée par tous les régimes dictatoriaux ou totalitaires : l’inversion du sens des mots. Ce faisant, ils tentent d’abuser les électrices et les électeurs qui pourraient être séduits par leurs mensonges pourtant grossièrement déguisés en vérité (voir ma note précédente).

 

52d948b816fa94b20782e6cb783f4650--heavenly-father-big-brothers.jpgLe féminisme est incompatible avec le voile islamiste, pas avec l'Islam

D’innombrables ouvrages ont été écrits sur la liberté et chacune et chacun sait, au moins intuitivement, que la liberté est l’exact inverse de la soumission.
Or, les référendaires anti laïques invoquent la liberté pour défendre un prétendu « droit » qu’auraient certaines élues parlementaires à siéger le corps et les cheveux intégralement cachés par le voile islamiste.
Il faut noter, tout d’abord, que seuls les intégristes islamistes veulent imposer aux femmes le voilement intégral de leurs corps et que l'immense majorité des personnes de confession musulmane ne se reconnaît pas dans ce retour en arrière de plusieurs siècles.
Il faut également savoir que le port du voile n’est en aucune façon une obligation coranique[1].
Il importe enfin de souligner que sur le domaine public, chacune et chacun reste et restera libre de se vêtir comme elle ou il l’entend.

Soumission

Nous ne devrions jamais oublier que le voile islamiste est en réalité un symbole de soumission dont le port est imposé par les hommes aux seules femmes.
Les référendaires sont donc loin de défendre la liberté et l’égalité entre hommes et femmes.
Au contraire, prétextant la liberté, ils tentent de facto d’imposer l’idée réactionnaire et anti féministe que les femmes devraient être confinées aux seules tâches ménagères et que leur corps est uniquement dédié au plaisir sexuel de leur époux et à la reproduction.
Enfin, imposer aux femmes de se voiler intégralement le corps suppose que celles qui ne le feraient pas deviendraient des proies sexuelles dont les hommes pourraient disposer à leur gré. L’affaire en cours du « prédicateur-prédateur » démontre, s’il en était besoin, combien cette idée méprisante pour la liberté des femmes est abjecte.…

Idéologie liberticide

Les référendaires anti laïques abusent de la notion de liberté. Ils cherchent à tromper l’électorat. Ils promeuvent en réalité une idéologie sexiste, obscurantiste et donc liberticide pour nos « alter égales ». Le piège est grossier n’y tombons pas !

OUI à la loi sur la laïcité de l’Etat le 10 février 2019

 

[1] Les cinq obligations liées à la religion musulmane sont : la profession de foi, la prière quotidienne, le jeûne du ramadan, l’aumône et, dans la mesure du possible, le pèlerinage à La Mecque.

 

19/11/2018

Laïcité

Alors qu’en Suisse on vote sur l’initiative dites des « juges étrangers », un autre combat se profile à Genève. En février 2019, notre République et canton de Genève - fille des Lumières et du Printemps des peuples - votera pour ou contre une loi sur la laïcité de l’État adoptée par le parlement cantonal après deux ans et demi d'intenses travaux en commission des droits de l’Homme.

DSC08266.JPGGenève est républicaine, indépendante et révolutionnaire. Elle a de tous temps résisté victorieusement aux nombreuses tentatives étrangères visant à limiter voire à anéantir ses « franchises » et ses libertés. Genève est laïque depuis 1907 car elle a su se libérer, non sans mal, de la tutelle religieuse ; de celle des Princes Évêques comme de celle des Calvinistes. Nul autre canton suisse que Genève ne symbolise autant le couple désormais indissociable Liberté-Laïcité.

Et pourtant… La loi était devenue nécessaire pour renouveler le contrat laïque qui unit le peuple à sa République. Or, un amalgame hétéroclite d’obscurantistes sexistes, de paltoquets bobos et de paternalistes réactionnaires a décidé de la contester, par référendum. Le contrat social remis à jour et dépoussiéré afin de mieux garantir nos libertés est donc aujourd'hui en grave danger.

Ces partisans du renvoi des femmes au fourneau, adeptes de l’alliance du sabre et du goupillon, et destructeurs de la neutralité confessionnelle de nos institutions veulent abuser les Genevoises et les Genevois. Ils usent de la même rhétorique que le sinistre Big Brother de 1984. Allons-nous nous laisser berner par leurs slogans aussi mensongers que « la guerre, c’est la paix, la liberté c’est l’esclavage, l’ignorance, c’est la force » ?

Une loi, même imparfaite, vaudra toujours mieux que la bride sur le cou laissée aux racistes et aux intégristes de tous poils. Qu'on ne s'y trompe pas, les référendaires sont les idiots utiles d’un communautarisme qui enferme chacun dans la prison de l’assignation identitaire.

Or, il faut sans cesse le rappeler, ce communautarisme-là n’est que la face qui se veut présentable de l’apartheid.

OUI à la loi sur la laïcité de l’État!

21/03/2018

Innocente genevoiserie ou censure sournoise?

DSC00529.JPGDe nouvelles listes et de nouveaux mouvements citoyens ont décidé de se lancer dans la course aux élections cantonales de 2018. L’émergence de ces listes est due au rejet des partis en place exprimé par la population. Les partis traditionnels, trop éloignés de la réalité, sont incapables de faire face aux enjeux du futur, notamment aux bouleversements de la révolution numérique actuellement en cours.

renouveler un monde politique sclérosé

La Liste pour Genève (LPG) que nous menons avec Magali Orsini est sans doute la plus crédible de ces nouvelles forces. Son entrée au parlement et au gouvernement est souhaitable car des personnes expérimentées y côtoient des citoyennes et des citoyens engagés dans la vie réelle. La LPG est la mieux armée et la plus riche des compétences diverses indispensables pour renouveler un monde politique sclérosé.

Comme toute nouvelle entité, la LPG dispose de peu de moyens. Elle s’est déjà insurgée contre les dépenses publicitaires indécentes faites par certains partis alors que 20% de la population cantonale gagne moins de 3'000 par mois[1]. Ce handicap est néanmoins compensé par des médias locaux qui – sauf rares exceptions – accordent une couverture assez équitable aux diverses listes électorales.

une faute inexcusable

Dans ce contexte, l’incroyable faute professionnelle faite par la Chancellerie genevoise - qui a publié sans contrôle des spécimen de bulletins de vote stupidement bidouillés - est d’une gravité inouïe. Une faute absolument inexcusable.

Outre l’aveu d’abyssale incompétence et de désinvolture que cette faute démontre, cette ridicule « genevoiserie » n’aurait-elle pas eu pour but de discréditer les nouvelles listes et de favoriser quelques politiciens soucieux de se voir éjecter de leur rente de situation par un vote populaire ? En y regardant bien, ne s’agit-il pas là d’une forme de censure ? Une « censure molle » déguisée en grosse et innocente bourde ? La question mérite d’être posée même si, à l’évidence, aucune réponse satisfaisante n’y sera jamais apportée.

censure ou gaudriole

Quoi qu’il en soit, un fonctionnaire de la République ne devrait pas pouvoir manifester, tel un potache boutonneux, son mépris des institutions qui le nourrissent. Il ne devrait pas pouvoir impunément moquer celles et ceux qui se dévouent pour servir la Cité. La censure cachée sous le masque de la gaudriole douteuse n’a pas sa place dans des affaires aussi sérieuses que celles de la gestion républicaine de la démocratie.

Pierre Gauthier, www.lalistepourgeneve.ch

  

 

[1] https://www.tdg.ch/economie/argentfinances/pauvrete-s-etend-geneve-projecteurs/story/21867916