29/05/2012

Clivage

Clivage: Fracture selon certains plans d'orientation précise, particulière à certains minéraux, cristaux et roches.

Ah quel joli mot que ce mot! Clivage... C'est toute l'époque de mon passage au lycée Henri IV qui revient en ma mémoire. Les cours de géologie notamment. Ah, les petites bulles faites par la goutte d'acide chlorhydrique versée sur une roche calcaire! Ah, les reflets irisés du mica! Ah les petites étincelles lumineuses du quartz disséminé dans les granites! Et puis ces mots, chargés de mystère, métamorphique, feldzpath, obsidienne, cristal! Qu'elle est belle notre langue lorsqu'elle est utilisée avec précision et pertinence!



Donc, je suis en colère! En colère d'apprendre que, selon le directeur de la chaîne de radio RTL, Monsieur Zemmour serait "clivant". Non pas parce que ce chroniqueur - sans autre talent que celui d'être totalement prévisible, avouons-le - serait exclu d'une chronique matinale que je n'écoute pas et dont je me fiche comme de mon premier fond de culotte usé sur les bancs de l'école laïque, obligatoire et républicaine.

DSC08177.JPGNon, je suis en colère à cause de ces imbéciles qui, à force de rechercher des "éléments de langage" pour "communiquer" leur idéologie trouble et pleutre s'emploient à dévoyer notre vocabulaire. Et donc à tuer le sens des mots.


Monsieur Zemmour n'est pas "clivant", c'est un avatar de notre société de communication (entendez de bla-bla), un faiseur de bruit trop richement payé pour se gargariser de mots afin de banaliser les idées délétères et morbides de l'extrême-droite. Qu'il soit exclu de sa chaîne pour cela est certes regrettable du point de vue de la liberté d'expression. Mais, au fond, en faire des gorges chaudes revient à donner une importance démesurée à ce personnage qui ne serait rien sans le scandale qu'il entretient autour de lui et dont il a fait son fonds de commerce... S'il défend les idées économiques libérales, alors qu'il en accepte la rigueur pour lui-même.


"Clivant"... Mais de quel cristal parle-t-on? Non, on ne parle pas de cristal, ni même de roche... on ne parle que de cailloux... de vulgaires cailloux. On ne parle que d'un grain de sable glissé dans une sandale et qui irrite le pied sensible d'un directeur de chaîne... On ne parle donc de rien d'important.

Pierre Gauthier

11:00 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.