22/04/2013

perseverare diabolicum

Ainsi donc, une collègue PLR du Conseil municipal genevois, non contente de s'être ridiculisée lors de la plénière du lundi 15 avril par des propos déplacés, diffamatoires et scandaleux, se croit autorisée à persévérer dans ses insultes impertinentes qui confinent à l'hystérie. Dans un billet publié sur son blog, Madame Roulet récidive en effet et qualifie désormais publiquement, ma demande d'amendement de "terrorisme", de "révisionnisme" et de "négationnisme".

cobb11e.jpg

Prononcés le jour même des attentats de Boston, convenons que les propos de cette personne dénotent, outre un manque cruel d'intelligence, un irrespect écoeurant à l'égard des victimes du VRAI terrorisme assassin et aveugle.

Alors que parfois, dans l'arène politique, des dérapages verbaux peuvent se produire dans la fougue du débat, il est parfaitement inadmissible qu'à tête reposée et avec le recul de quelques jours, Madame Roulet persiste à diffamer et à attenter ainsi à l'honneur d'un collègue, fût-il un adversaire politique.

En agissant ainsi, cette personne manifeste son mépris envers les victimes du VRAI terrorisme. En banalisant à dessein le "négationnisme", elle insulte gravement la mémoire des millions de personnes gazées ou exterminées par le régime nazi.


Puisqu'il faut expliquer, expliquons!

Les faits sont têtus. Le débat municipal de ce lundi 15 avril ne portait pas sur la Shoa, ni sur le génocide des Arméniens ni sur celui du peuple khmer... Il ne portait pas non plus sur les crimes commis au nom d'un dieu, encore moins sur ceux commis au nom de tel ou tel prophète. Non, le débat portait sur le projet de délibération relatif à la réfection partielle de divers bâtiments du cimetière de Châtelaine (PR-993-A).

Or, le rapport débattu en séance mentionne explicitement que:

  • "La chapelle, qui a servi pendant longtemps de dépôt de matériel, pourra, dès lors, à nouveau être utilisée pour des obsèques." (page 2);
  • "... (un commissaire) s’étonne du caractère évangélique des vitraux qui pourrait indisposer des familles qui ne souhaiteraient pas y organiser des obsèques religieuses.
    ... ( il lui est répondu) qu’il convient de considérer que ces vitraux font partie du patrimoine artistique de la Ville de Genève et qu’ils sont à prendre comme tels." (page 4)

Helmet_2.jpg

L'Etat est laïque, il observe une neutralité religieuse

C'est pour ces raisons que la Coordination laïque genevoise, par la plume de son président, a écrit au bureau du Conseil municipal pour demander que les travaux entrepris dans la chapelle du cimetière de Châtelaine respectent les dispositions de la Constitution genevoise. Notamment l'alinéa 1 de son article 3 qui dit : "L’Etat est laïque. Il observe une neutralité religieuse." Il faut encore ajouter que, par le terme générique "l'Etat", les Constituants entendent le Canton et les Communes. Ainsi, la Ville de Genève doit observer une "neutralité religieuse". Cela, à l'évidence, n'est pas respecté dans le cas de la chapelle de Châtelaine, comme le mentionne justement un commissaire de la commission chargée de l'étude du projet de réfection du cimetière (voir supra).

C'est donc en reprenant les remarques, parfaitement justifiés, de la Coordination laïque genevoise que j'ai déposé l'amendement subséquemment jugé "terroriste, révisionniste et négationniste" par Madame Roulet.

Une enfant en bas âge

Il est désespérant de constater le niveau affligeant d'incompréhension des textes légaux et notamment du nouveau texte constitutionnel que révéle le comportement obstiné de notre collègue Michèle Roulet. En proie à une sorte d'accès de confusion, elle ne semble pas faire la différence entre une rue, un bâtiment, un lieu de culte et un espace municipal. Or, un espace municipal doit être confessionnellement neutre et demeurer ouvert à toutes et tous sans distinctions ni discriminations convictionnelles. Or, en proie à l'incapacité de maîtriser ses émotions et ses craintes immatures, notre collègue confond tout: liberté et terrorisme, respect des convictions diverses et négationnisme. Telle une enfant en bas âge surprise les doigts pleins de confiture, elle semble se persuader qu'il lui suffit de mentir, de trépigner et de répéter sans cesse son mensonge pour être absoute.

Pogroms, bûchers et décapitations

Que Madame Roulet se rassure, ce n'est pas de moi que viendront les appels aux pogroms, les autodafés, les condamnations au bûcher ou à la décapitation pour apostasie. A contrario, en rejouant maladroitement la sinistre farce du consistoire calviniste, Madame Roulet condamne à nouveau Gruet ou Servet et bannit, une fois encore, Perrin la Franchequine ou Castillione le tolérant. En abusant de la rhétorique grossière de l'inversion qui tend à faire passer les libertaires pour des sectaires et les obscurantistes pour des magnanimes, Madame Roulet se livre à une régression politique et temporelle inquiétante: elle se range aux côtés des bourreaux de toutes les victimes de l'obscurantisme qu'il soit totalitaire, dictatorial ou assassin.

Je leur ai pardonné

En écrivant ces lignes, je ne peux que me souvenir des propos de mon ami aujourd'hui décédé Sam Braun. Rescapé des camps de la mort après avoir été raflé le jour de ses seize ans, il avait attendu près de quarante années pour enfin raconter à ses enfants, puis aux écoliers de France, son calvaire, authentique celui-ci.

Alors que je lui demandais comment il avait réussi à se défaire de la haine et de ses cauchemars, il m'avait répondu lui, l'athée militant et le "combattant laïque" comme il aimait à se définir: "Je leur ai pardonné, Pierre, je leur ai pardonné. C'est ainsi que je me suis libéré définitivement de leur emprise sur mon esprit."

Pierre Gauthier

Commentaires

ah bon, la neutralité consiste à bannir et interdire le passé ! bonne nouvelle réjouissante, à quand la destruction des cathédrales, et autres symboles du passé chrétien de nos territoire ? la laïcité poussé au bout de l'intolérance, voilà un bel exemple, à méditer, oui.

Cher Monsieur Beclat,
La neutralité religieuse n'a pas à voir avec le passé ou le futur, c'est un principe constitutionnel et un principe universel garanti par le droit supérieur. Si vous lisez attentivement le projet d'amendement déposé, il n'y est jamais fait référence à un souhait de rejet ou d'oubli de notre histoire, ce n'est pas la question soulevée.
Par ailleurs, en parlant d'histoire, nos institutions genevoises sont nées de la révolution faziste et n'ont - heureusement - plus aucun lien avec les sinistres et obscurs temps maudits ou c'était le consistoire calviniste qui, en sous main, organisait la vie des genevois...
Enfin, la tolérance en matière convictionnelle n'est pas la primauté donnée à une croyance au détriment des autres ou des incroyances, c'est l'égal traitement de tous.
Pierre Gauthier

Écrit par : uranus2011 | 22/04/2013

Monsieur "déblogueur"
Je ne publie pas de commentaires anonymes. J'ai donc biffé vos propos. Si vous souhaitez commenter l'un ou l'autre de mes papiers, ayez le courage de ne pas avancer masqué tel un "corbeau".
Pierre Gauthier

Écrit par : Déblogueur | 22/04/2013

ET bien Monsieur, je ne puis qu'observer que c'est vous qui faites tout un fla-fla d'une histoire presque banale. Je vous encourage à relever le nombre de fois que vous utilisez les mots forts de pogroms, terrorisme, négationnisme et autres ismes.
Visiblement vous n'avez pas digéré la claque puisque votre interpellation a été rejetée. Et vous en faites une affaire personnelle.
C'est déjà pas trop brillant au parlement cantonal, je vois qu'au municipal c'est pas mieux.

Cher Monsieur Jenni,
Je publie volontiers votre commentaire bien qu'il manque sérieusement d'argument et qu'il soit empli d'inexactitudes.
Il n'y a pas eu de "claque" mais un vote. Il n'y a pas eu d'interpellation mais un amendement.
Le travail parlementaire, quel que soit le niveau auquel il s'exerce demande de la précision.
Pierre Gauthier

Écrit par : Pierre Jenni | 22/04/2013

L'Etat doit être neutre confessionnellement selon la nouvelle Constitution (art. 3), certes. Mais dans le même article, il est précisé que "les autorités entretiennent des relations avec les communautés religieuses) ! Plus clair encore, à l'art. 217, l'Etat a compétence pour "contribuer aux frais de conservation et de rénovation des édifices religieux".

Dès lors que Genève est, dans le monde entier, reconnue comme la "Ville de Calvin" et que la majorité de la population y est catholique (même si pas toujours pratiquante), il est normal que l'Etat contribue au maintien de notre patrimoine religieux.

J'ai l'impression que, trop souvent dans ce canton, sous prétexte de respect de la laïcité, on fait du prosélytisme athéiste, forme de croyance comme une autre... A chacun son rôle : aux communautés religieuses et libre-penseuses les activités "cultuelles", à l'Etat et aux mécènes le maintien du patrimoine architectural et historique.

En conclusion, c'est donc avec bienveillance que je constate que le Conseil municipal de Genève veut rénover le bâtiment de Châtelaine. Les vitraux en font intégralement partie !

Cher Monsieur Bouvier,
La "chapelle" du cimetière de Châtelaine n'est plus un édifice religieux elle ne fait donc plus partie des lieux de culte. Elle appartient à la Ville de Genève et, à ce titre, doit pourvoir être utilisée conformément à la Constitution c'est à dire en garantissant la liberté confessionnelle de chacun ce qui ne sera pas le cas après la réhabilitation.
Les autres alinéas de l'article 3 de la nouvelle Constitution ne s'appliquent pas à la question traitée ici et n'ont donc pas de pertinence dans ce débat.
Enfin, la laïcité n'est pas un "prétexte" mais un fondement indispensable à nos sociétés modernes qui sont ainsi protégées des querelles religieuses... La nuance me semble plus qu'importante.
Pierre Gauthier

Écrit par : Roger BOUVIER | 22/04/2013

Vous aussi vous censurez les commentaires dérangeants ?
Décidément c'est une manie à gauche.
Etonnant de la part d'un musico.

Cher Monsieur Jenni,
Je ne vois pas de quelle censure vous parlez... Si d'autres bloqueurs vous ont "censuré" adressez-vous à eux. A votre place, je me demanderais quand même - avant d'accuser qui que ce soit - si cette prétendue "censure" n'est pas également due à la teneur et au ton de vos propos?
Pierre Gauthier

Écrit par : Pierre Jenni | 23/04/2013

Les commentaires sont fermés.