20/07/2013

Quelques mots pour ma mère décédée

Alors que je roulais sur l'autoroute qui m'amenait à Beaugency (la petite ville du val de Loire où résidaient mes parents), le livre d'images de la vie de Solange, ma mère, s'est déroulé, comme les kilomètres d'asphalte, en quelques heures. Ce livre s'est refermé, il sera déposé ce soir sur l'étagère de nos souvenirs.

DSC00998.JPG



Nous avons connu notre mère jeune, joyeuse, dynamique, active et pleine d'entrain. Nos vacances, nos week-ends, presque toutes les fêtes, nous les passions ici, à Beaugency. Ce furent, pour nous, les jours heureux, l'insouciance de l'enfance.

Avec le temps, s'est constituée toute une bande de copains. Paris, c'était gris, Beaugency était coloré.

Enfance, adolescence, jeunesse... le temps a passé. Les mariages, les aléas de la vie nous ont peu à peu éloignés d'ici. Seule notre soeur et sa famille et nous, les Suisses, avons fréquenté ces lieux régulièrement. La maison s'est agrandie, une nouvelle génération d'enfants, nos enfants, ont alors égayé le jardin.

anniG-Beaug007_1.jpg


Et puis il y a eu 1999. Avant 1999 et après 1999.

1990017_2.jpg


La mort de notre soeur Anne a peu à peu terni les couleurs de ce tableau. La tristesse a rongé bien des coeurs et nourri bien des rancoeurs. Rien ne serait désormais plus jamais comme avant.

Nous avons vu changer notre mère Solange dans le coeur de laquelle un ressort s'était brisé. Toujours avenante, accueillante, ouverte au dehors, une chape de plomb lourde, froide, glacée, triste l'avait envahie, profondément.

Nous avons fait ce que nous avons pu pour endiguer cette glaciation intérieure mais, les vivants ne peuvent remplacer les morts.

Heureusement, Jacques, mon père, et Solange, ma mère, étaient entourés d'amis. D'amis fidèles et authentiques. Certains étaient là depuis leur enfance, d'autres sont arrivés plus récemment, tous ont entouré nos deux parents du réconfort de l'affection et de la gentillesse sincère qui nous sont à tous, indispensables. 

Geneviève, la soeur jumelle de notre maman, s'en est allée. Puis, Jacques, son mari... et Solange s'et retrouvée seule dans cette grande maison où hier encore résonnaient les cris joyeux des enfants. Là encore, les amis d'ici et d'ailleurs ont assuré une présence réconfortante qui a permis à Solange de garder la tête hors de l'eau. Qu'ils soient toutes et tous remerciés.

Elle qui ne sortait presque jamais seule de la maison, Solange allait désormais chaque jour à pied, en Ville ou au marché. Chaque dimanche, elle ne ratait jamais la messe dite par son ami, le père Daniel, à la chapelle de l'hôpital...

C'est cette image que nous aimerions garder d'elle. Celle d'une femme désormais âgée mais fière de marcher seule, par tous les temps et malgré une vue de plus en plus déficiente, sur ce chemin de Barchelin, riche de tant de souvenirs.

Aujourd'hui nous quittons Solange sans tristesse, sans regrets, sans amertume. Nous laisserons de côté les mauvais souvenirs, nous oublierons les heures sombres, nous ne garderons que le meilleur: les images en couleur du livre qui vient de se refermer.

D'autres vies restent à vivre. Une histoire se termine, d'autres restent encore à écrire.

16 juillet 2013, Beaugency

Commentaires

Très beau texte, hommage émouvant.
Dans vos lignes on ressent, malgré la tristesse qui nous envahit toujours dans ces circonstances, beaucoup de bonheur des moments de vie et de joie en commun.
Que le souvenir de ceux-ci vous donne la force nécessaire pour surmonter cette épreuve.
Courage à vous et à votre famille

Avec toute ma sympathie

Écrit par : A. Piller | 21/07/2013

Les commentaires sont fermés.