18/10/2013

Un peu honte...

DSC00148.JPG

Il y a longtemps, au siècle dernier, je commençais mon premier travail régulier. J'avais à peine vingt ans, j'étais fier d'être instituteur "remplaçant" dans les écoles primaires de la région parisienne.


Ce petit boulot me permettait de payer mes études et de ne plus être à la charge de mes parents qui passaient à cette époque une passe financière difficile.
Après plusieurs périodes de quelques jours passées dans des écoles primaires du centre de la capitale, je me retrouvais un jour affecté pour plusieurs mois dans une école à la limite entre Paris et Clichy.


Le chantier du boulevard périphérique avançait doucement dans ce coin inconnu de la capitale. Conséquence évidente, les baraques des bidonvilles de la "zone" étaient peu à peu englouties par les pelleteuses et autres machines à bétonner. Le progrès... Les années "Pompidou".


C'est alors qu'un matin, je vis se découper deux ombres portant képi entourant une petite silhouette d'enfant derrière la porte aux verres opaques de la classe où je donnais mon cours.


Les deux gendarmes me ramenaient en classe un de ces Gitans vivant dans la zone en pleine destruction. "On l'a trouvé qui errait sans but aux abords du chantier. Alors, pour pas qu'il soit tenté de chaparder, on vous l'amène à l'école." Et les gendarmes étaient partis. Le garçon était resté. Il était allé s'asseoir à une place libre au fond de la classe, près de la fenêtre à travers de laquelle il ne cessait de regarder les oiseaux voler.


Cela se passait à la fin des années 60... C'est un de mes souvenirs les plus vivaces, intact, de cette période. En ce temps-là, la police républicaine ramenait à l'école - gratuite, laïque et obligatoire - les chenapans qui avaient l'outrecuidance de vagabonder,  de la faire "buissonnière" comme on disait alors...


Comme les choses ont changé en si peu de temps! J'ai un peu honte de toi mon pays, la France, qui a oublié sa devise fraternelle et son devoir d'accueil et d'instruction.
Oui, j'ai un peu honte car aujourd'hui, les Gitans, la police vient les chercher à l'école pour les foutre dehors... J'ai un peu honte... 

Commentaires

Cher Monsieur (ou Madame) "pierre à feu",
Je n'ai pas pour habitude de tolérer les commentaires anonymes. Car seuls les lâches et les pleutres recourent à ce grossier stratagème. Donc votre commentaire sera mis à la poubelle comme les autres. Le point de mon article n'est pas de savoir si l'UE a ou non une politique d'immigration. Le point est qu'il est inadmissible d'opérer une rafle policière dans une école. Point.
Par ailleurs, en bon républicain que je suis, je ne tolère pas non plus que des enfants soient considérés comme coupables de méfaits, délits ou crimes commis par leurs parents.
Voilà, c'est tout.
Pierre Gauthier

Écrit par : pierre à feu | 18/10/2013

Les commentaires sont fermés.