19/10/2013

Suppléants... l'attrape-nigauds

Perdu.jpg


On ne dira jamais assez combien cette "nouvelle" Constitution genevoise est trompeuse et rétrograde. Nous avons pu constater combien est idiote la décision de mettre à la même date l'élection des députés et le premier tour de l'élection au Conseil d'Etat.



En effet, ce premier tour gouvernemental a non seulement totalement occulté l'élection du parlement mais, en plus, il n'aura été qu'une lamentable primaire faussant le résultat du suffrage parlementaire. Bravo aux "prix Nobel" qui nous ont concocté cette ineptie!

Avec la mise en œuvre de l'article 82 qui instaure le concept de député suppléant au Grand-Conseil, on touche une fois encore au ridicule et à l'imbécilité de ce texte constitutionnel dont on ne fera que constater l'inanité au cours des années qui viennent. 


Deux suppléants par groupe parlementaire

Chaque groupe parlementaire élu au Grand-Conseil genevois aura donc droit à au moins deux députés suppléants. La belle affaire! Or, aucun texte sérieux ne définit avec précision leur statut et le projet de loi portant règlement du Grand-Conseil PL11084 http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/PL11084.pdf ne règle pas grand chose quant à leur véritable rôle.

Article 27A

Il semble néanmoins évident que ces députés seront les sous-prolétaires de la chambre. Pour s'en convaincre, il suffit de prendre connaissance de l'article 27A du projet mentionné plus haut:

Art. 27A    Députés suppléants (nouveau)
1 Le nombre des députés suppléants est équivalent au nombre de sièges des groupes en commission, mais de deux si le groupe n’a droit qu’à un siège en commission.
2 Les députés suppléants sont les candidats ayant obtenu le plus de suffrages après le dernier élu de la liste.
3 En cas d’absence d’une séance plénière, un député titulaire peut se faire remplacer par un député suppléant.
4 En cas d’absence prévisible supérieure à un mois au sein d’une commission, un député peut se faire remplacer par un suppléant, pour autant qu’aucun autre député du groupe ne puisse assumer ce remplacement.
5 Les modalités pratiques de l’application des alinéas 3 et 4 du présent article sont définies par le Bureau du Grand Conseil.

Oreillers de paresse des incompétents

Jusqu'à aujourd'hui, les députés inactifs ou incompétents étaient purement et simplement poussés à la démission par leurs collègues de groupe, et aussitôt remplacés par les "viennent-ensuite". Désormais, les suppléants seront les oreillers de paresse des titulaires trop fainéants ou trop tentés par le dilettantisme parlementaire. Une séance m'ennuie... hop, un coup de fil au suppléant, c'est si facile et si peu fatigant! Une session particulièrement ennuyeuse se profile alors que j'aimerais tant aller au cinéma... hop, mon petit larbin suppléant est là!

Sous-prolétaire corvéable à merci

Obligé de tout savoir sur tout, pour pouvoir remplacer n'importe lequel de ses collègues à n'importe quel moment dans n'importe quelle commission ou séance plénière, le suppléant devra donc subir tous les inconvénients de la charge de député sans en avoir ni la rémunération ni aucun des avantages.

Condamné au travail sur appel, le suppléant n'est donc pas un parlementaire mais bien un futur sous-prolétaire corvéable à merci...

... Merci ... Merci qui?




Les commentaires sont fermés.