27/02/2014

Naxoo, qui a peur de la lumière ?

Après une lutte difficile et après avoir évité et survécu à tous les coups bas de nos adversaires, le groupe Ensemble à Gauche et les syndicats ont sauvé une centaine d’emplois et l’entreprise Naxoo-Télégenève du démantèlement.

Seuls contre tous les partis, unis pour célébrer la grand messe de l’ultralibéralisme, le référendum sauvant le téléréseau genevois des griffes des spéculateurs sans scrupules a été plébiscité par la population genevoise.

Une fessée retentissante pour les thuriféraires du capitalisme sauvage – socialistes et verts en tête - et pour le conseil d’administration « à la botte » de ces partis.

affichenaxoo002.jpg

 

Forts de ce succès populaire, notre groupe Ensemble à Gauche a donc déposé une motion au Conseil municipal genevois pour que toute la lumière soit faite sur les erreurs stratégiques graves commises par la direction de l’entreprise

Pour que celle-ci en assume les conséquence et pour qu'elle démissionne en bloc. Et, surtout, pour faire un état des lieux précis et exhaustif de la situation de Naxoo avant que les rats qui ont tenté de couler l'entreprise ne quittent le navire en emportant tout ce qu'ils peuvent emporter... 

 


Sur ce dernier point, circule une rumeur disant que la bonne santé de l’entreprise lui a permis de réaliser un bénéfice de 30 millions de francs l’année 2013. Trente millions, voilà de quoi attiser bien des convoitises !

 

Or, à la surprise générale, les perdants du référendum, socialistes, verts, démocrates-chrétiens, droite affairiste et extrême droite se sont coalisés pour enterrer la motion. Pour la renvoyer dans les profondeurs abyssales de l’ordre du jour surchargé de la commission des finances du municipal... où elle sera traitée aux calendes grecques… Cette manœuvre démontre que ceux qui détiennent les clés de la maison Naxoo ne veulent pas, mais pas du tout, que l’on puisse mettre le nez dans leurs petites affaires.

Pourquoi ? Qu'ont-ils donc à cacher ?

 

Alors que la révolte grondait dans les rangs des élus municipaux spoliés par cette manœuvre ridicule d’un débat nécessaire. Alors qu'il faut impérativement faire la lumière sur l’incroyable gabegie qui a conduit le peuple à désavouer tous les partis, vingt conseillères et conseillers ont exigé formellement la tenue d’une session extraordinaire pour traiter ce qui pourrait bien devenir « l’affaire Naxoo ».

Or, dès la proposition déposée, à la surprise générale, celui qui tient lieu de chef charismatique et de Duce d’opérette au MCG a rappliqué illico, accompagné de son Béria de carnaval. Il est venu pour siffler ses cabots et leur enjoindre de retirer sur-le-champ leur signature de la proposition de session extraordinaire. Le tout sous l’œil attendri et plein de gratitude de la Maire et de ses troupes socialistes trop heureuses de ce renfort: Gominator et Esméralda unis pour cacher la poussière sous le tapis... hors des regards populaires et inquisiteurs…

Pourquoi ?

 

Qu’y a-t-il donc de si dangereux au sein de Naxoo pour que le ban et l’arrière-ban de la république bananière genevoise s’allie pour maintenir le mystère sur les affaires de cette entreprise ? Quels sont ces cadavres qu'il faut cacher à la population ? Dans quels placards a-t-on planqué l'oseille ? Quelles turpitudes et quelles magouilles peu reluisantes se cachent-elles derrière ces manœuvres qui ne valent même pas un une aventure de Tintin et qui sont indignes d’une république et d’une démocratie ?

Pourquoi vouloir cacher la vérité aux citoyens ? Pourquoi ?

 

Genevoises et Genevois, Naxoo est à vous, Naxoo est à nous ! Vous l’avez affirmé clairement par le référendum du 9 février dernier. Vous avez voulu donner une fessée à ces affairistes de pacotille... Mais, aujourd’hui, celles et ceux qui ont voulu vous tromper pour voler notre bien public, ceux-là ne veulent pas de la vérité ! Bons à rien, ils sont néanmoins prêts à tout...

 

Pourquoi ?

 

Commentaires

De la corruption à Genève, vous n'y pensez-pas !? Vous interprétez mal la traditionnelle discrétion de nos élus :) Si une refonte du contrôle des conflits d'intértêt de nos élus pouvait être mise en chantier, un truc qui pourrait s'appeler la transparence et la déclaration obligatoire de tout conflit d'intérêt avant et pendant le mandat, ça serait bénéfique pour les citoyens. Mais pas pour les élus... ce n'est donc pas demain qu'on mettra un peu de moralité dans la politique genevoise.

Écrit par : Doc Tata Flingueuse | 01/03/2014

Les commentaires sont fermés.