31/12/2015

Non je ne signerai pas la lettre anti-Medeiros

o-CHAPUZA-RESTAURACIN-CUADRO-ZARAGOZA-570.jpgJe résume pour celles et ceux qui n'auraient pas tout suivi:

1/ L'actuel président du Conseil municipal, Carlos Medeiros, a écrit des énormités sur le réseau FaceBook à la suite de la manifestation nocturne de petits nervis fascistes qui ont saccagé certains bâtiments du Centre-Ville genevois.

2/ Ledit Carlos Medeiros a traité un élu municipal socialiste - qui n'est également jamais en mal de provocation sémantique - de "trou du cul".

3/ L'élu socialiste, mécontent d'être ainsi traité, propose aux autres élus de cosigner un courrier par lui rédigé et adressé au Conseil d'Etat afin de mettre le vilain président au coin avec un bonnet d'âne et de lui faire copier cent fois "je dois être gentil avec mes petits camarades et ne plus les traiter de trou du cul"...

4/ Le courrier - faisant fonction d'appât pour journaliste en mal de copie durant la trêve des confiseurs - est publié dans la presse local genevoise.

Non, nous ne sommes pas dans une cour de récréation d'enfants de 8 ans! Vous faites erreur: nous sommes dans un parlement communal genevois élu pour 5 ans au suffrage universel... Ça fait peur hein? Oui, ça fait peur!

3377-1770-3729-1-showcase_super.jpgPetit rappel pour celles et ceux qui auraient manqué le début:

1/ FaceBook est un lieu où la parole (l'écrit en fait) est très largement désinhibée. Chacun semble en effet s'y lâcher plus ou moins souvent pour exprimer sa frustration, sa rage, ses états d'âme, ses goûts ou d'autres "ressentis autoscopiques" qu'il vaut certainement mieux faire exploser que garder par devers soi... En d'autres termes, à côté de son rôle de maintien de liens sociaux distendus par le temps ou l'éloignement, FaceBook est un outil cathartique voire un "objet transitionnel" aussi utile et indispensable à certains que l'est un doudou d'enfant.

Nul besoin de s'offrir un ulcère à l'estomac quand FaceBook offre une telle possibilité défoulatoire n'est-ce pas?

2/ Que Carlos Medeiros ait franchi les limites du bon goût et de la correction en appelant à "prendre les armes" ou en traitant son collègue pompier pyromane de "trou du cul", c'est une évidence.

3/ Que l'élu qui s'est senti insulté ait sauté sur cette occasion, inespérée, de "faire parler de lui dans les médias", c'est une autre évidence.

4/ Que la majorité écrasante de la population genevoise n'ait strictement rien à faire de ces rodomontades de sales gosses capricieux, mal élevés et visiblement en mal de reconnaissance, c'est une évidence également...

9782226013675.jpgConclusion:

Je ne signerai pas la lettre "anti Medeiros" car je n'ai rien à faire de ces gamineries qui ridiculisent la fonction d'élu.

Je conseille enfin, amicalement, à ces deux élus:

1/ de consulter afin qu'ils puissent résoudre leurs problèmes existentiels avec l'aide de professionnels sans qu'ils n'éprouvent l'impérieux besoin de polluer la place publique de leurs querelles enfantines et vaniteuses;

2/ de consacrer leur énergie à leur mandat plus qu'à leurs égos surdimensionnés afin de ne pas décevoir les trop rares citoyennes et citoyens qui les ont élus en croyant naïvement que la politique "ça sert à quelque chose."

Bonne ânée!!! PG

Commentaires

Je trouve très pertinente cette analyse de fin d'année.

Écrit par : Jean Romain | 31/12/2015

Je signe des deux mains... non pas la lettre anti-Medeiros- mais le propos de Pierre Gauthier. Il ne faut pas entrer dans ce jeu infantile dans lequel certains médias et partis veulent nous entraîner à aucun prix. En revanche, le cas échéant, il y a des tribunaux ou des règles garantissant le respect des institutions pour ça. Ou, comme l'ont démontré les électeurs Onésiens en chassant un imprécateur incapable de gérer le dicastère qui lui était confié, le. bulletin de vote. Je parle ici de Stauffer. Il y a eu également une réaction citoyenne semblable à Vernier.

Écrit par : Marco Polli | 31/12/2015

Merci pour ce billet. Cela s'appelle remettre l'église au milieu du village. Bien entendu, je ne signerai pas cette lettre non plus.

Écrit par : Pierre Scherb | 31/12/2015

Bonne année 2016 en Suisse à vous aussi, monsieur Babel de Paris, ou PG

dans votre billet sur blog TdG qui vous hoste, et vous permet de poster votre note politique contre la lettre anti-medeiros

- vous n'ignorez donc pas que Medeiros, un mois après accès à son poste, à exprimé son mépris vis à vis de sa fonction et publié sa volonté de donner sa dem

- que Medeiros s'est publiquement affiché à Ibiza, en boîtes de nuit etc, dans le mépris des lois, a publiquement exprimé son mépris des élus en Conseil, a publiquement exprimé son mépris et a répété son vocabulaire d'insultes - dans l'exercice de son office d'élu, contre élus et collaborateurs, le tout faisant partie de débats publics et déclarations aux médias

- mais
saurez-vous ici reconnaître le droit démocratique de suisses électeurs s'exprimant en contradiction avec votre postulat de français en Suisse venant défendre XY (le portugais Medeiros en l'occurrence) ou allez-vous jouir d'appliquer la censure sur blog.tdg.ch?

en Suisse voyez-vous, un élu représente la confédération à qui il prête serment, avant de ne représenter ses électeurs à leurs satisfactions mais surtout, d'agir dans le cadre des lois constitutionnelles, CH et GE - soit deux niveaux.

mais que voulez-vous donc faire des problèmes suisses en 2016,
vous monsieur le français debout sur ses ergots
ici en combat agressif pour le soutien d'un Medeiros

en Suisse, pays dont vous semblez ne rien savoir encore moins comprendre?

Dans l'attente de votre non censure bonapartiste de franchouillard en Suisse qui sait mieux que les suisses ce qu'il leur faut: cc si non paru

Ma réponse:
Monsieur Bruhin_e, je n'ai rien compris à votre charabia. Je vous conseille donc dans un premier temps de retourner à l'école afin d'y apprendre à lire et à écrire. Dans un deuxième temps, je vous prie de ne plus fréquenter cette page qui est réservée à des personnes sensées et polies.
Pierre Gauthier

Écrit par : suisse & genevois déshérité | 01/01/2016

Très juste et bien dit. Bonne année à vous !

Écrit par : jmo | 02/01/2016

Les commentaires sont fermés.