19/01/2018

L'école sanctuaire républicain

À la suite au débat qui s'est tenu au Conseil municipal de la Ville de Genève ce mercredi 17 janvier, je vous livre quelques réflexions sur l'école, le plus sacré des sanctuaires républicains.

sanctuariserphoto.jpgSurfant sur la vague « baba-cool » des années ‘70’ et ‘80’, les cours de récré des écoles communales se sont ouvertes. Sous l’impulsion du Conseiller administratif de la Ville de Genève, Guy-Olivier Segond, adieu les barrières, bonjour les tables et bancs ! Les préaux se sont ainsi mués en espaces de rencontres ouverts à toutes et tous, en forums modernes. Ils ont alors permis aux diverses populations des quartiers urbains de retrouver une convivialité perdue... Mais ça, c’était hier…

fêtards en goguette

Doucement mais inexorablement, la situation s’est dégradée. Aujourd’hui, les forums hier conviviaux sont devenus dépotoirs de détritus, de bouteilles cassées ou de mégots. Ils sont trop souvent souillés des déjections de fêtards en goguette quand ils ne sont pas squattés par quelques dealers. À tel point que profs, parents et habitants hésitent désormais à laisser des enfants jouer dans des cours de récréation dont l’état de propreté et d’hygiène est devenu inacceptable.

une situation qui ne cesse d’empirer

Au Conseil municipal genevois, voilà des années que différents partis tirent la sonnette d’alarme en déposant motions sur motions. Rien ne change ! Les caméras de surveillance installées dans le préau de l’école Pâquis-Centre n’auront vécu que quelques jours après leur pose. Autant dire que caméras, médiateurs de rue, patrouilles de policiers municipaux, nettoyages renforcés n’ont aucun effet sur une situation qui ne cesse d’empirer.

sanctuariserphoto2.jpgl'école est un lieu sacré

Dans une République moderne, l’école doit être et doit rester un lieu sacré. C’est là que se construisent nos enfants. Ils n’y acquièrent pas seulement des savoirs, ils y développent aussi leur libre-arbitre, leur capacité de vivre avec d’autres. C’est là qu’ils forgent leur futur et renforcent leur indispensable autonomie. Face au danger, il faut restituer aujourd’hui à l’école sa fonction première. Il ne sert à rien de s’entêter à faire cohabiter dans les locaux scolaires des activités et des populations aux intérêts contradictoires et qui n’ont rien à y faire. L’esprit libertaire, le « flower power » des années ‘70’ et ‘80’ est mort et bien mort. On peut le regretter mais, la nostalgie ne doit pas nous faire oublier nos responsabilités.

la lubie dépassée d’une convivialité disparue

On ne peut pas sacrifier l’espace scolaire à la lubie dépassée d’une convivialité depuis longtemps disparue. On ne peut pas laisser l’école étouffer sous l’occupation abusive de son espace vital par des groupes et des activités qui nuisent au développement de nos enfants. Nous sommes arrivés à un stade où il nous faut questionner notre modèle de développement urbain. Une cour de récré n’est pas une place publique. La surexploitation et la densification outrancière de l’espace vital conduit tout droit au conflit.

IMG_2918.jpgSanctuariser l’école et rendre à sa mission sacrée l’usage exclusif de ses locaux et de ses préaux est une mesure urgente et indispensable.

Pierre Gauthier

 

Commentaires

D'accord avec vous.

Écrit par : Mère-Grand | 19/01/2018

Très bon reflet d'un monde scolaire en pleine décadence et qui semble vraiment se généraliser
Barbara Lefebvre ne s'y est pas trompé en écrivant son livre :Génération j'ai le droit

Écrit par : lovejoie | 21/01/2018

Tout aussi raisonnable et réaliste que voter intervention chez Mireille Vallette.

Écrit par : Mère-Grand | 23/01/2018

"Dans une République moderne, l’école doit être et doit rester un lieu sacré. "

Oui. Peut-être.

Mais, par opposition, y aurait-il, dans une République moderne, des lieux qui échapperaient
au sacré ? (C'est à dire au caractère sacré du respect et de la bienveillance qu'un individu doit à ses congénères ?)

Si oui lesquels ?

Pourriez-vous, afin que je sois sûr de bien comprendre votre propos, me donner un exemple ?

Ce serait un lieu où tous les coups sont permis. Je peine à y croire........

Écrit par : Esculape | 25/01/2018

Les commentaires sont fermés.