29/11/2018

De l’inversion du sens

Résultat de recherche d'images pour "loup déguisé en agneau image"

À l’orée de la campagne référendaire pour le OUI à la loi sur la laïcité de l’Etat, il importe de s’interroger sur la tactique des référendaires. Ces groupes d'obédience totalitaire ou intégristes religieux ont l’outrecuidance de se réclamer du féminisme, de l’anti racisme ou encore du respect du « droit supérieur ».
En un mot, ils osent se réclamer de la liberté.
Ne nous y trompons pas !
Les référendaires utilisent une technique bien connue qui a été popularisée par tous les régimes dictatoriaux ou totalitaires : l’inversion du sens des mots. Ce faisant, ils tentent d’abuser les électrices et les électeurs qui pourraient être séduits par leurs mensonges pourtant grossièrement déguisés en vérité (voir ma note précédente).

 

52d948b816fa94b20782e6cb783f4650--heavenly-father-big-brothers.jpgLe féminisme est incompatible avec le voile islamiste, pas avec l'Islam

D’innombrables ouvrages ont été écrits sur la liberté et chacune et chacun sait, au moins intuitivement, que la liberté est l’exact inverse de la soumission.
Or, les référendaires anti laïques invoquent la liberté pour défendre un prétendu « droit » qu’auraient certaines élues parlementaires à siéger le corps et les cheveux intégralement cachés par le voile islamiste.
Il faut noter, tout d’abord, que seuls les intégristes islamistes veulent imposer aux femmes le voilement intégral de leurs corps et que l'immense majorité des personnes de confession musulmane ne se reconnaît pas dans ce retour en arrière de plusieurs siècles.
Il faut également savoir que le port du voile n’est en aucune façon une obligation coranique[1].
Il importe enfin de souligner que sur le domaine public, chacune et chacun reste et restera libre de se vêtir comme elle ou il l’entend.

Soumission

Nous ne devrions jamais oublier que le voile islamiste est en réalité un symbole de soumission dont le port est imposé par les hommes aux seules femmes.
Les référendaires sont donc loin de défendre la liberté et l’égalité entre hommes et femmes.
Au contraire, prétextant la liberté, ils tentent de facto d’imposer l’idée réactionnaire et anti féministe que les femmes devraient être confinées aux seules tâches ménagères et que leur corps est uniquement dédié au plaisir sexuel de leur époux et à la reproduction.
Enfin, imposer aux femmes de se voiler intégralement le corps suppose que celles qui ne le feraient pas deviendraient des proies sexuelles dont les hommes pourraient disposer à leur gré. L’affaire en cours du « prédicateur-prédateur » démontre, s’il en était besoin, combien cette idée méprisante pour la liberté des femmes est abjecte.…

Idéologie liberticide

Les référendaires anti laïques abusent de la notion de liberté. Ils cherchent à tromper l’électorat. Ils promeuvent en réalité une idéologie sexiste, obscurantiste et donc liberticide pour nos « alter égales ». Le piège est grossier n’y tombons pas !

OUI à la loi sur la laïcité de l’Etat le 10 février 2019

 

[1] Les cinq obligations liées à la religion musulmane sont : la profession de foi, la prière quotidienne, le jeûne du ramadan, l’aumône et, dans la mesure du possible, le pèlerinage à La Mecque.

 

Commentaires

Ce qui me gêne dans la loi, c'est que l'Etat "reconnaît" certaines religions, entretien des liens et perçoit l'"impôt écclésiastique"...
Pour moi, laïcité = séparation totale des religions et de l'Etat.
Cher Monsieur, cette loi est le fruit d'un compromis. Et un compromis est une base minimale pour l'accord des différents avis.
Je suis d'accord avec vous sur la "contribution religieuse VOLONTAIRE" (et non l'impôt ecclésiastique) qui ne devrait plus figurer dans une loi moderne. Cette pratique va de toutes les façons tomber rapidement en désuétude car les religions devront trouver d'autres formes de financement de leurs activités.
Le texte initial laissait 10 ans aux religions pour que cesse cette pratique, les députés en ont décidé autrement en plénière.
Pour être tout à fait précis, l’État ne reconnaîtra pas de religions, il établira si les critères permettant aux différentes organisations religieuses qui en feraient la demande de bénéficier du service de la contribution volontaire sont remplis.
PG

Écrit par : Daniel | 29/11/2018

Bonjour Pierre, J'ai aimé votre premier paragraphe énumérant vos constats sur cette prétendue extrême gauche bobo. J'en avais fait de même, il y a vingt ans. Je suis femme, je fus une élue, sans compter que je ne suis pas une occidentale, mais j'ai été presque exclusivement élevé en occident dans un pays anglo-saxon. J'étais très mal traitée dans cette extrême gauche auto-proclamée marxiste, devenue une gauche omnivore, invertébrée-tortillarde et mauvaise courtisane auprès de la cour socialiste et verte.

En un mot, nous pouvons sans crainte de nous tromper, la qualifier de gauche faussaire. Si les citoyens en lutte perdent presque tous leurs combats, c'est grâce à cette gauche-marketing qui phagocyte et neutralise tout élan et détermination, elle leur apporte des concepts de substitution au lieu de renforcer leurs efforts et leurs motivation initiales: elle les détournent de leurs actions pour mieux les récupérer.

Nous avons régressé depuis que cette gauche-bobo-solidaire-à-tout-et-à-son-contraire émerge dans les parlements. Heureusement qu'elle n'a jamais atteint le pouvoir exécutif car on aurait droit à un gouvernement totalitaire.

Mais vous avez raison, Pierre et les quelques autres, de quitter cette formation à la fois sectaire et caméléon. Ou encore, soyez heureux d'avoir été exclus, car ses leaders auraient pu vous nuire encore plus gravement. Combien de leurs anciens camarades ou de leurs connaissances de longue date ont-ils été grillés socialement, politiquement et professionnellement, en plein exercice de leur mandat? Qu'ils aient siégé comme magistrat dans une instance de l'état ou dans celle d'une structure para-étatique, ils ont dû ressentir des pressions intenables et céder à leurs intransigeances qui les ont conduits à commettre des fautes - non pas professionnelles car ils ont été compétents dans leur spécialisation - à faire des entorses politiques et administratives. Sans doute par usure l'ont il fait, mais aussi par excès de confiance qui sacrifie la nécessaire prudence.
C'est à se demander s'il est arrivé à cette gauche faussaire d'avoir eu, ne fût ce qu'une seule fois, du respect pour la personne morale, et socio-politique de leurs amis et camarades qui ont fait le geste d'entrer en ordination altruiste.

Un tant que femme, j'ai lutté en 1993, avec les femmes canadiennes du parlement d’Ottawa pour refuser qu'on inscrive dans la loi canadienne, le droit, pour leurs parlementaires femmes, de porter le voile ou la burka lors des débats en plénière et le droit pour la communauté musulmane d'Ottawa de pratiquer en toute légalité, la charria. C'était une victoire. La grande majorité du parlement avait voté contre ce projet nocif.

Il semble donc que l'extrême gauche fait actuellement fi de tous ces combats pour libérer les femmes de tout joug. C'est à peine croyable d'entendre de la bouche de ces femmes de gauche-bobo plaider la liberté et l'intégrité corporelle, morale et psychique des femmes en soutenant la thèse du libre choix quant au port de ce vestimentaire si significatif d'oppression.
Si le libre choix devait s'avérer, on devrait voir ces femmes musulmanes sous des vestimentaires aussi divers, aussi fantaisistes, qu'extravagants ou hyper classique. Ça n'est pas le cas! Donc le prétendu libre choix n'est qu'une intoxication de plus pour tout le monde. Intoxication mortelle pour celles qui attendent encore leur libération qui ne viendra jamais.

Bon courage Pierre!
Je vous souhaite à vous et à Magali Orsini tous mes voeux de succès en politique. Nous avons besoin de gens d'écoute et de réflexion comme vous au parlement (nombre de vos billets m'éclairent sur le factuel des situations dans cette Répubique). Les charlatans en mal de pouvoir dictatorial sont un écran devenu insuportable. Ne peut on les dézinguer???
Bien sûr si je vivais encore à Genève je voterais pour vous, comme je l'avais fait jusque là.

Chère madame, merci pour vos bons mots.
PG

Écrit par : Beatrix | 30/11/2018

Parfaitement d'accord avec l'auteur du blog et ceux qui l'ont commenté.

Écrit par : Mère-Grand | 30/11/2018

Monsieur Gauthier,

"Pour être tout à fait précis, l’État ne reconnaîtra pas de religions,"
Art. 1c:
"de définir le cadre approprié aux relations entre les autorités et les organisations religieuses."
Il y a reconnaissance de facto. Il n'y a pas à ma connaissance de "cadre approprié" entre l'Etat et toute sorte d'autres associations culturelles ou sportives ou gastronomiques ou autres. Sauf éventuellement pour demander des subventions...
Et qu'en est-il des organisations philosophiques, de la libre-pensée, laïques,... On est en plein dans la discrimination.

L'article 4.1 va dans le même sens: il n'y a pas séparation. En outre aucune distinction n'est faite entre les religions disons à vocation purement spirituelles et celles à visée très politiques. Ces dernières ne sauraient être traitées comme les premières.

Article 3.6:
"Les cérémonies officielles et les prestations de serment sont organisées selon des modalités respectant la neutralité religieuse."
C'est du charabia. Cela veut-il dire que les prestations de serment ne se feront ni sur la bible, ni à la cathédrale? Ou selon la religion de chacun? Poggia prêtant serment à la mosquée?

Article 10.1:
"L’Etat peut soutenir des actions favorisant le dialogue interreligieux et la paix religieuse."
Le "dialogue interreligieux" n'est là que pour favoriser le prosélytisme. Les islamistes l'ont très bien compris et les chrétiens se sont faits rouler dans la farine. En l'occurence l'Etat n'est pas neutre, puisqu'il favorise les religions au détriment des pensées non-religieuses.

L'article 11.1 est inadmissible:
"Dans le cadre de la scolarité obligatoire au sein de l’école publique et dans l’esprit de l’article 11 de la loi sur l’instruction publique, du 17 septembre 2015, il est dispensé l’enseignement du fait religieux dans sa diversité."
Il est impossible à un enseignant de parler du "fait religieux" de manière à assurer la "neutralité de l'Etat". Si on s'en tient aux "faits", il est obligatoire d'enseigner que la résurrection et la naissance virginale sont des mensonges. De la même manière sur Mahomet il est obligatoire d'enseigner les crimes qu'il a commis ou fait commettre (pillages, viols, assassinats, génocide, relations sexuelles avec une enfant de 9 ans). Ce sont des faits liés à la prédication islamiste qui inspirent encore aujourd'hui les adeptes.

De fait, les enseignants vont faire de la propagande religieuse (et politique pour ce qui concerne l'islam et certaine autre "religion").

Un ami enseignant m'a fait part d'une altercation (violente verbalement) avec un élève qui n'avait pas admis que le mot musulman voulait dire "soumis". Cela veut dire que pour avoir la "paix", il faudra enseigner des mensonges.

En ce qui concerne l'impôt ecclésiastique "volontaire", il est inadmissible que l'Etat ait connaissance par le refus ou l'acceptation de cet impôt de ce que pensent les contribuables.

Après lecture du texte de la loi, je ne suis pas convaincu de vouloir voter "oui".

Cher Monsieur,
Je pense que vous devriez lire attentivement le rapport de la Commission des Droits de l'Homme (PL 11766-A du 6 mars 2018 ge.ch/grandconseil/data/texte/PL11766A.pdf ). Toutes ces questions ont été abordées et traitées par cette commission. Il n'y a évidemment pas de loi parfaite, celle-ci ne l'est pas. Mais, si les référendaires devaient gagner (n'oublions pas qu'ils sont de virulents intégristes, des "sexistes structurels", des anti-féministes, homophobes, antisémites etc. il ne faut jamais l'oublier), nous serions confrontés à un vide juridique qui ne pourrait profiter qu'à celles et ceux qui n'attendent que l'occasion pour avancer leurs revendications liberticides et réactionnaires.
C'est donc un choix rationnel qu'il importe de faire. Soit la liberté, cadrée par une loi, soit la régression. J'ai choisi la liberté. Vous êtes libre d'en décider autrement, en ce cas, vous devrez aussi en assumer les conséquences.
Bien à vous.
PG

Écrit par : Daniel | 01/12/2018

Les commentaires sont fermés.