08/09/2015

Droite élargie... étroitesse d'esprit!

 

L’étude et l’adoption du budget annuel sont les actes les plus importants accomplis par les Conseils municipaux de notre République et canton de Genève. Ils sont tellement importants que, en poussant la logique à l’extrême, ils pourraient être les seuls et uniques actes des parlements communaux délibératifs genevois.

 

quarteron hétéroclite

Formée d’une alliance allant du centre droit qui se prétend « chrétien social » à l’extrême droite ouvertement xénophobe, une « nouvelle droite » municipale s’est constituée. Ce quarteron hétéroclite est formé du PDC, du PLR, de l’UDC et du MCG. Des partis dont les programmes semblent pourtant incompatibles les uns avec les autres. Cette majorité d’occasion a, hier lundi 7 septembre 2015, renié le mandat qu’elle a reçu des électrices et des électeurs et a refusé d’accomplir sa mission première. Appliqués à fuir leurs responsabilités politiques, les élues et les élus de cette « droite élargie » semblent avoir l’ambition démesurée mais l’esprit fort étroit.

 

9782226013675.jpg

renégats

En effet, si le Conseil administratif de la Ville de Genève a joué sa partition en présentant son projet de budget, la "droite élargie" a refusé de jouer la sienne. C’est pourtant aux Conseils municipaux d’étudier la proposition en commission ce que la droite élargie a refusé de faire. C’est pourtant aux Conseils municipaux d’amender, d’améliorer, d’affiner, de raboter ici ou d’augmenter là afin d’arriver, en fin de parcours, à adopter un budget conforme aux attentes de la population et aux contraintes financières imposées par les rentrées fiscales.

 

mandat républicain

En reniant son mandat républicain, en refusant d'étudier le projet de budget de la Ville de Genève, la "droite élargie" a fait une lourde faute politique. Elle a montré son incapacité à travailler pour le bien public. Elle a montré le mépris dans lequel elle tient les électrices et les électeurs. Elle n’a fait que se complaire dans une posture arrogante nuisible aux intérêts de la population. Elle a confondu ses rodomontades de campagne électorale avec la confrontation aux réalités. Des belles promesses de campagne, il ne reste aujourd’hui plus rien… Sans budget, pas de nouvelles places de crèche, pas de construction de nouveaux logements, pas d’entretien des routes, pas d’amélioration de la sécurité ou de la propreté, pas de nouvelles écoles, pas de nouvelles installations sportives…

DSC08174.JPG

 

la morale de la fable

Des élections nationales se profilent. Alors amies et amis genevois, réfléchissez bien avant de mettre votre bulletin dans l’urne. Et souvenez-vous de la morale de la célèbre fable de la Fontaine… « Tout flatteur vit au dépens de celui qui l’écoute. » La leçon vaut-elle un budget ? J’en doute.

 

Pierre Gauthier

 

18:42 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2)

21/05/2015

19-20 mai 2015 au sujet du Musée d'Art et d'Hitoire

 

 

index.jpg

À voir l’émoi justifié entrainé par le risque de destruction des vestiges de la cité de Palmyre, je me dis qu’il existe encore des personnes qui comprennent que l’on ne peut pas construire l’avenir sans respecter et sans apprendre à respecter notre passé.

On s’apprête à détruire - ou du moins à défigurer - l’un des chefs d’œuvre architecturaux qu’est le bâtiment du Musée d’Art et d’histoire dû à l’architecte Marc Camoletti. Devant ce projet destructeur, je me dis que la mentalité des iconoclastes n’est pas près de disparaître, et je le regrette amèrement.

 

 

 

 

Lire la suite

18:54 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1)

19/10/2013

Suppléants... l'attrape-nigauds

Perdu.jpg


On ne dira jamais assez combien cette "nouvelle" Constitution genevoise est trompeuse et rétrograde. Nous avons pu constater combien est idiote la décision de mettre à la même date l'élection des députés et le premier tour de l'élection au Conseil d'Etat.



En effet, ce premier tour gouvernemental a non seulement totalement occulté l'élection du parlement mais, en plus, il n'aura été qu'une lamentable primaire faussant le résultat du suffrage parlementaire. Bravo aux "prix Nobel" qui nous ont concocté cette ineptie!

Avec la mise en œuvre de l'article 82 qui instaure le concept de député suppléant au Grand-Conseil, on touche une fois encore au ridicule et à l'imbécilité de ce texte constitutionnel dont on ne fera que constater l'inanité au cours des années qui viennent. 

Lire la suite